image d’illustration

 

A l’heure où la Réalité Virtuelle (VR) commence à se diffuser, des chercheurs explorent les usages possibles dans le domaine de l’apprentissage et de la formation.

 

Révolutionner l’apprentissage avec un casque de réalité virtuelle, c’est la mission que s’est donnée Jean-Christophe Hurault, doctorant en psychologie cognitive à l’université Paul-Valéry de Montpellier. Il souhaite utiliser la VR pour exploiter l’adaptabilité du cerveau et développer de nouvelles compétences, plus particulièrement dans le cadre de formations professionnelles.

La réalité virtuelle au service du réel

Apprendre à manier un outil, modéliser une notion de mathématiques ou de philosophie, comprendre des règles de sécurité, tout cela est envisageable grâce à la VR. La Réalité Virtuelle permet bien sûr à l’utilisateur de travailler chez lui. Mais elle offre bien plus que la facilité de formations en ligne, le corps  est immergé dans un univers conçu pour mieux appréhender certains éléments théoriques et pratiques. L’environnement nouveau recréé par la VR permet au corps et au cerveau d’acquérir les notions et les gestes essentiels à l’apprentissage d’un métier. Par exemple, les chirurgiens peuvent s’exercer sans risquer de porter atteinte à la vie de leurs patients. Pour Jean Christophe Hurault, l’intérêt est de « ne pas faire de distinction entre le corps et l‘esprit », et ainsi d’acquérir des automatismes musculaires en même temps que des notions théoriques. En outre, l’outil virtuel donne envie d’apprendre, à la façon d’un enfant qui apprend par le jeu, ou d’un adolescent qui perfectionne son anglais grâce aux séries. Seule limite actuelle, l’introduction de texte. Selon le doctorant, la VR ne permet pas encore d’introduire du texte de façon intuitive dans les environnements créés. Les formations littéraires sont donc plus complexes à mettre en œuvre.

Un manuel d’utilisation

Dans le prolongement de sa thèse, Jean-Christophe Hurault souhaiterait élaborer un « mode d’emploi » pour exploiter cette technologie dans des formes d’apprentissage par le corps et démocratiser l’outil. Sans doute le prochain bon en avant de l’ingénierie pédagogique !

 

Article réalisé dans le cadre de l’enseignement « Pratiques d’écriture journalistique » dispensé aux étudiants de Licence 3 Sciences du langage parcours Communications, Médias et Médiations numériques de l’ITIC Université Paul-Valéry Montpellier III.

Laisser un commentaire