Crédit: TOTEM

Le groupe montpelliérain TOTEM revient avec un second EP intitulé Playground.
Le lancement est prévu pour le jeudi 22 mars à l’Antirouille, TOTEM vous prépare quelques surprises une fois sur place. Justement pour vous faire patienter, des pochettes de l’EP ont été dispersées dans toute la ville. A vous de les trouver et tenter de gagner des entrées pour la soirée du 22 mars !

Une piqûre de rappel

TOTEM, c’est une formation funk rock composée de Mathéo à la guitare, Stélio à la voix, Sammy à la batterie et Félicien à la basse. Formé lors d’une session Jam en 2013, TOTEM porte plusieurs sens pour une tribu amérindienne odjibwa notamment celui de “réunion”.
Ces musiciens autodidactes combinent leurs influences diverses et délivrent une énergie folle sur scène. Bien que chaque membre ait des goûts musicaux différents, ils s’accordent tous sur leurs influences funk venant des Red Hot Chili Peppers.

Nouvel EP, nouvelle aventure

Ce second EP s’intitule Playground ou terrain de jeu. La couverture représente un volant de badminton et les quatre membres miniaturisés prennent la pose à côté. Avec ces plumes et sa forme, le volant rappelle un tipi indien. On retrouve les trois couleurs du groupe : le rouge, le blanc et le noir. Les cinq morceaux ont été composés pour l’EP, le groupe ayant porté une attention toute particulière aux sons pour permettre une écoute complète de l’EP en toute cohérence. Le travail de production et de post-production est également plus soigné que sur le premier EP.
Il sortira le jeudi 22 mars lors de la release party prévue à l’Antirouille, qui marquera aussi le début de leur tournée, toujours en pleine organisation bien que quatre dates aient déjà été confirmées :

Un concert acoustique est aussi prévu pour les 20 ans du Gaumont Multiplexe.
La soirée à l’Antirouille marque l’aboutissement du projet et l’EP sera disponible en téléchargement dès le 22 mars sur Deezer, Spotify, Napster et Itunes.

Les influences

Félicien écoute des groupes comme Slipknot, Metallica, Rammstein et Primus.
Mathéo est un grand fan de Slash, il écoute aussi du rock progressif comme les Porcupine tree. Guthrie Govan, Steven Wilson sont d’autres de ses inspirations.
Sammy écoutait Pink Floyd, Genesis mais aussi des artistes hip hop. Grand fan de Damon Albarn et Jack White. Pour Playground, il s’inspire du son d’Electro Deluxe.
Stélio, lui, est fan de la voix de Nina Simone, mais il est aussi adepte de rap. Pour TOTEM, il cherche l’inspiration du côté de Jamiroquoi, Michael Jackson et Bruno Mars.

Le premier clip n’est pas celui qui était prévu

Pendant la phase d’enregistrement et peu de temps avant leur grand concert au festival de la Meuh Folle en 2017, un membre doit quitter le groupe. Dans l’urgence de la préparation pour ce concert ainsi que pour l’intégration du nouveau membre, Félicien, le projet d’un clip est mis de côté. En effet le tournage du clip Like a Pulp Fiction se voit encore reporté, suite à un imprévu avec un comédien. Le morceau devait être le single de l’EP, puisqu’il retranscrit bien toute l’énergie du groupe et est une véritable invitation à faire la fête. Il fait indirectement référence au film de Quentin Tarantino et à sa bande originale, riche en titres funk comme ceux de Kool and the Gang. Stélio s’imprègne de cet imaginaire californien pour l’écriture des paroles, le dynamisme du morceau lui rappelle le brin de folie qui s’empare des personnages dans le film. Il délivre un récit d’une virée au volant d’une voiture et emprunte la réplique culte de Samuel Jackson “say what again”.
Rapidement le groupe doit concocter un autre scénario sur un autre titre. L’inspiration pour ce clip leur vient en conduisant. Il faut faire vite, un décor minimaliste, les trois couleurs de la charte graphique, leurs maquillages de scène distinctifs et beaucoup d’énergie, ainsi débarque sur youtube le clip Can you get that ? Le titre auto-produit est filmé par Prescilia Vieira-Coëlha de Kiwi records, qui avait déjà réalisé la captation du festival la Meuh Folle. Les mouvements de caméra sont librement inspirés du clip Tiny Glowing Screens part 3 du rappeur Watsky.

La patience paie toujours


Sammy fait connaissance avec la musique par le piano, puis par la guitare et finalement il choisi la batterie à 10 ans. Avec un autre groupe il faisait des covers mais TOTEM est son 1er groupe de composition.
Mathéo commence la guitare à 14 ans sous l’influence de son père, et finit son apprentissage seul. TOTEM est son projet le plus abouti, celui qui lui tient le plus à coeur. Félicien commence par apprendre à jouer de la guitare, puis il découvre la basse et décide d’approfondir son apprentissage. TOTEM est son 3ème groupe de composition.
Stélio, quant à lui, vit avec TOTEM sa première expérience de groupe et de composition.
Tous se définissent comme majoritairement autodidactes.
Parfois ils peinent à concilier le temps que demande la tenue du groupe et leurs activités salariales, c’est pourquoi le groupe lance un appel aux community managers mélomanes. La patience serait une des clés de la réussite.
Malgré les embûches et les délais et en prenant leur temps dans sa réalisation, ils présentent un travail abouti dont ils sont fiers avec des sons de qualité sur lesquels on peut se déhancher.

 

Rendez-vous est donc donné ce jeudi 22 mars à partir de 20h à l’Antirouille !

Laisser un commentaire