Cinq ans ! Il aura fallu attendre cinq ans pour que la vierge de fer se décide à venir nous régaler de sa nouvelle galette au bon goût de heavy metal. Avec un peu de recul ce n’est pas tant que ça, mais bon dieu, c’est Iron Maiden ! On en mangerait volontiers chaque année si les sieurs britanniques daignaient se montrer plus productifs !

Crédit : Iron Maiden

Crédit : Iron Maiden

Venons-en aux faits

The Book of souls, 16ème album (double album, même) du combo, d’une durée de 92 minutes pour 11 titres, s’il vous plaît ! On les savait généreux mais là c’est presque trop.

On en retiendra principalement « Speed of light », morceau rapide au refrain catchy, idéal comme single mais sonnant assez bizarrement pour du Maiden, « Death or Glory », tout aussi rapide, narrant d’épiques batailles aériennes (une suite de « Aces High » ?) et surtout « Empire of the clouds ».
Ce dernier mérite une analyse plus poussée (18 minutes, le coquin). Introduction au piano et violons, chant tout en douceur de Bruce Dickinson…

Tous les éléments y étaient pour en faire une bonne ballade. Mais c’était sans compter sur les changements d’ambiance que sait si bien faire Maiden ! Accélération, solos brillants, rythme plus poussé pour revenir en fin de piste sur une délicatesse ne pouvant que nous remémorer l’excellent « When the wild wind blows ».

On en culpabiliserait presque d’apprécier ce morceau vu la tristesse du sujet abordé (le tragique destin du zeppelin anglais R101 s’étant écrasé en 1930), mais ne boudons pas notre plaisir et écoutons-le jusqu’à le détester (après un savant calcul, vous avez moyen de l’entendre un peu plus de trois fois par heure, soit 80 fois dans la journée).

Et le reste ?

Mention assez bien pour « If eternity should fail » ouvrant l’album, « When the river runs deep » pour son refrain assassin et « The Red and the Black », malgré sa durée (13 minutes) la rendant un peu trop répétitive. Le reste est plutôt moyen (je rappelle que du moyen pour du Iron Maiden équivaut à du très bon pour le commun des mortels) mais vaut quand même le détour.

On attend de voir ce que ça donne en concert : ils entament une tournée mondiale en février prochain et seront présents en France le 10 juin 2016 pour le Download Festival. Vous savez ce qu’il vous reste à faire, acheter votre livre des âmes et le lire encore et encore…

Laisser un commentaire