Depuis 2011, le plus grand festival indoor de France, I love techno, s’est installé au grand plaisir des Montpelliérains dans notre ville. Très vite, l’événement a pris de l’ampleur et a su attirer une foule chaque année plus dense qui fut l’an dernier très révoltée par l’annulation surprise de celui-ci. Cette année, l’organisateur Armel Campana a pris une décision risquée : transformer I love techno France en édition Europe au grand dam de nos confrères belges qui auraient fêté cette année leur 20ème édition…

ILOVETECHNOcrédit photo : leparisien.fr

Cette annonce a créé un véritable enthousiasme chez tous les technophiles de la région et même les moins initiés : n’oublions pas, I love techno est certes le rendez-vous incontournable pour les amateurs de musique électronique mais est surtout devenu un lieu de fête pour beaucoup d’autres personnes quels que soient leurs goûts musicaux.

C’est donc avec impatience que nous avons attendu l’annonce de la programmation qui a été révélée le 3 septembre.
A ce moment précis, les réseaux sociaux ont été inondés d’avis divergents : d’un côté les habitués qui pensent que le festival se perd et que la programmation est très décevante non seulement pour son manque de « vrais » artistes techno mais aussi pour son côté « déjà vu ». De l’autre, ceux qui seront là sans réfléchir et qui trépignent d’envie de voir Nina Kraviz, véritable talent dans le genre techno, et qui se réjouissent de la présence étonnante du quatuor Birdy Nam Nam que nous n’avions pas vus à Montpellier depuis 2012. De plus, la tête d’affiche de l’édition 2015 n’est autre que le célèbre Paul Kalkbrenner que nous n’avions même plus à présenter tellement son succès est devenu immense ces cinq dernières années : de quoi affoler son public sudiste qui est très important.

Le bilan est tout de même plutôt négatif, car malgré la minorité de personnes ravies, la programmation est loin d’être à la hauteur de l’attente qu’on se faisait d’elle à l’annonce d’un « I love techno Europe » à Montpellier. En effet, l’édition Belge de l’an dernier accueillait de très grands noms tels que Jeff Mills, Boys Noize, Brodinski en B2B avec Gesaffelstein, Dave Clarke, Rodhad, Vitalic, Paul K et plus encore… La fusion des deux éditions (France et Belgique) promettait donc une programmation bien plus intéressante.

La line-up de cette édition présente néanmoins quelques petits bijoux moins connus du grand public tels que N’to (live), Tale of Us, Paranoid London ou encore Alesia. Nous n’avons donc plus qu’à espérer qu’ils rattraperont la grosse déception de l’an dernier en nous offrant de jolis sets…

 

Si tu souhaites retrouver toutes les références musicales de nos articles, tu peux toutes les retrouver sur notre soundcloud!

Une réponse

Laisser un commentaire